Les repas de famille arrivent à grand pas à la veille de Noël, alors je me suis dit qu'une petite anecdote à raconter à votre voisin de table serait sympa pour aujourd'hui.

Si tenté que votre voisin de table sache ce qu'est Amazon AWS ce qui, avouons-le, est peu probable !

Le mythe

Reprenons depuis le début, et commençons par se souvenir qu'Amazon a été lancé en 1994 dans le but d'être la plus grande librairie au monde en ne vendant que des livres jusqu'en 1998.

Après avoir ajouté des CDs et DVDs à sa plateforme, une évolution logique pour une librairie en ligne, l'entreprise commence à s'émanciper des produits uniquement culturels en vendant des produits cosmétiques et d'hygiène à partir de l'an 2000 pour devenir une marketplace généraliste.

Les ventes lors de la saison de Noël 1999 sont tellement fulgurantes qu'Amazon atteins un chiffre record de 2.6 Milliards de dollars de produits vendus durant l'année, du jamais vu.

Problème, la période des fêtes de Noël est si intense pour Amazon que l'entreprise doit multiplier ces datacenters afin de pouvoir supporter la charge utilisateur nécessaire au bon déroulement de cette période, à tel point que le reste de l'année ces machines supplémentaires ne sont quasiment pas utilisée.

Investir sur plusieurs années dans des machines et des infrastructures serveurs utiles un seul mois par an revient extrêmement cher à Amazon, qui se retrouve à jeter de l'argent par les fenêtres.

Un ingénieur propose alors un jour de créer un service de location de serveurs virtuels afin de mettre à disposition toutes ces machines inutilisées contre une rémunération au temps d'utilisation.

Voici comment, grâce à noël, AWS a vu le jour.

En 2019, AWS rapportait la somme de 35 milliards de dollars à Amazon, restant la filiale d'Amazon la plus rentable.

La réalité

Malheureusement même si cette histoire dans laquelle Amazon, mis à mal, trouve une solution créative dépassant toutes les attentes et révolutionnant le monde du cloud computing est très inspirante, elle est fausse.

Je n'ai pas réussi à trouver le point de départ de cette légende, mais ce qui est sûr c'est qu'elle a été démentie plusieurs fois par des ingénieurs et des managers présent lors de la création de la branche AWS d'Amazon, et toutes leurs versions concordent :

Alors que l'entreprise atteins des chiffres record en 2000, les ingénieurs travaillent d'arrache-pied sur l'uniformisation et l'abstraction des web services au sein d'Amazon afin que la plateforme puisse continuer à passer à l'échelle de la manière la plus simple possible.

L'objectif est de créer un ensemble de web services indépendants en interne afin d'éviter les goulots d'étranglement et de faciliter le développement de nouveaux outils.

En 2003, Benjamin Black et Chris Pinkham, présente un papier à Jeff Bezos compilant l'ensemble de la spécification de la future architecture, notamment inspirée des travaux préliminaires de plusieurs ingénieurs d'Amazon travaillant sur le sujet.

Chaque brique de l'infrastructure est indépendante, standardisée et la phase de déploiement est pensée pour être entièrement automatisée. À la fin du papier, Chris Pinkham glisse alors l'idée de proposer l'accès à des serveurs virtuels privés comme un produit à part entière.

En 2004, Amazon lance ces premiers services web S3, SQS et EC2 mais ce n'est qu'en 2006 que le tout sera officiellement relancé sous la bannière unifiée "AWS".

Certes, cette version est beaucoup moins romanesque que la première version, mais elle reflète surtout le travail incroyable des ingénieurs, travaillant main dans la main pour accomplir des challenges internes de taille et arriver à une solution si bien pensée qu'elle peut-être transformée en un produit à part entière, et non pas un soi-disant coup de génie un lendemain de Noël !

Personnellement, je crois que je préfère même cette version !

J'espère que cet article vous aura plu, et à bientôt sur le blog.


À propos de l'auteur

Hello, je suis Nicolas Brondin-Bernard, ingénieur web indépendant depuis 2015 passionné par le partage de d'expériences et de connaissances.

Aujourd'hui je suis aussi coach pour développeurs web juniors, tu peux me contacter sur nicolas@brondin.com, sur mon site ou devenir membre de ma newsletter pour ne jamais louper le meilleur article de la semaine et être tenu au courant de mes projets !


Photo par Chad Madden sur Unsplash